Recruter des collaborateurs, un investissement à long terme

Quelques mois après la reprise de l’entreprise, j’ai dû mettre en place mon premier recrutement pour renforcer l’équipe. Trouver la bonne personne, quelle aventure !

Après avoir mûrement réfléchi, il était temps d’engager une nouvelle collaboratrice pour faire répondre dans les meilleures conditions aux exigences de service de nos clients médecins et de leurs patients. J’ai donc relevé mes manches et investit du temps dans ce recrutement. Car oui, engager coûte énormément de temps à l’entreprise surtout si on veut le faire correctement.

Mais combien coûte un collaborateur ?

La première étape a été de définir l’enveloppe budgétaire que l’entreprise pouvait investir pour accueillir un nouveau collaborateur. Quel sera la fourchette salariale que nous pouvons proposer ? Quel type d’avantages offrir et jusqu’où aller pour être attractif tout en gardant la rentabilité de l’activité ?

Entre le salaire net du travailleur et les coûts réels pour l’employeur, il y a une ENORME différence, et la moindre erreur se paie cash ! Heureusement, le secrétariat social a pu me fournir des éléments importants pour mener à bien ce projet : barèmes salariaux, avantages extra légaux possibles et simulations salariales.

Après une mise au point avec le comptable pour bien quantifier l’impact sur la rentabilité de l’entreprise, le feu vert est donné.

Engager une personne motivée… mais bien plus encore !

La deuxième étape était de définir le profil pour trouver la personne la plus adéquate. J’avais déjà fait ce genre d’exercice dans le passé et ce n’est assurément pas la chose la plus simple. La formulation et une terminologie exactes sont importantes. Il faut répondre à de nombreuses questions : quel sera le rôle de la nouvelle personne au sein de l’entreprise, que peut-on lui promettre pour le futur, quelles sont les compétences indispensables et celles qui peuvent être apprises sur le terrain ?

Engager, c’est faire des choix et renoncer à certaines candidatures

Dès que j’ai posté l’offre, les CV de toutes sortes sont arrivés. Une fois de plus, cela prend un temps considérable de rassembler toutes ces candidatures, parcourir chacune des lettres de motivation, analyser les parcours professionnels des postulants…

Certains éléments sont déterminants pour une fonction précise. Dans mon cas, je recherchais une personne trilingue, et donc le tri des CV’s était assez vite fait. Pour d’autres compétences, c’est plus compliqué mais je n’avais matériellement pas le temps de rencontrer une trentaine de candidats. J’ai donc sélectionné et rencontré seulement une dizaine de personnes pour finalement trouver la candidate parfaite.

Il a ensuite fallu informer les candidats non-retenus et leur expliquer pourquoi ils n’ont pas été sélectionnés. Ces appels personnalisés ne sont certes pas amusants, mais je considère qu’il est primordial d’assurer le suivi auprès de ces personnes qui ont montré de l’intérêt pour mon entreprise et consacré du temps pour me rencontrer. Les autres candidats que je n’ai pas rencontrés ont quant à eux été informés par e-mail.

Un contrat, un premier jour et… croisons les doigts que tout se passe bien

Le jour de l’engagement, le contrat était prêt, le règlement de travail aussi. Beaucoup de paperasserie pour inscrire la nouvelle collaboratrice auprès du secrétariat social, de la Médecine du Travail et de l’ONSS… enfin sa première journée de travail pouvait commencer !

Entre le temps consacré à ce recrutement et l’investissement financier que représente une nouvelle collaboratrice pour notre Toute Petite Entreprise, il restait à savoir si la démarche avait porté ses fruits et si nous allions pouvoir améliorer notre rentabilité. Si l’accueil et la bonne intégration dans l’équipe peuvent être rapidement évalués, il m’a fallu attendre encore un peu avant d’être certain d’avoir fait le bon choix.

Work, Wait and See…