Reprendre une société, une étape à bien préparer

Se lancer comme entrepreneur en démarrant une start-up ou en reprenant une entreprise déjà existante n’est à prendre à la légère.

Une bonne préparation nécessite du temps et de l’énergie. Dans le cas de la reprise, j’ai passé plusieurs soirées et week-ends à analyser la situation financière, sociale et juridique de l’entreprise et essayer d’en prévoir le potentiel, la croissance future, les nouveaux services possibles… Des dizaines de feuilles Excel, de powerpoint et de documents noircis au fil des jours.

Une analyse complète de votre cible

L’étude de l’entreprise cible est une étape primordiale du processus de rachat. Plus que l’examen des comptes à proprement parlé, votre dossier doit inclure une analyse SWOT de l’entreprise et de son marché, du potentiel de croissance, du portefeuille clients,…. L’étape de la « Due-Diligence » est indispensable et vous permet d’avoir accès de manière confidentielle aux données de l’entreprise.

Votre analyse vous permettra d’avoir des arguments lors de la négociation du prix avec le candidat vendeur et la négociation de vos prêts et conditions bancaires. L’accès aux informations n’est pas le plus simple, certaines informations existent bien sur papier mais vous n’aurez pas accès facilement aux clients, aux employés… pour des causes évidentes de confidentialité de la vente.

Des informations partielles ou inexistantes  

Dans mon cas, j’ai eu de la chance que le cédant a été très ouvert à la discussion, transparent dans les chiffres et les défis existants mais je n’ai pu rencontrer l’équipe ou des clients avant la finalisation de la vente. Autre bémol, les statistiques disponibles étaient limitées. J’étais habitué à avoir accès à de nombreuses données pour pouvoir avancer des propositions, mais ici et comme dans beaucoup de TPE, il n’y avait pas ou peu de statistiques disponibles, ni passées, ni actuelles. Il a fallu me contenter de ce que j’avais.

Ma belle-mère directrice financière et un ami contrôleur de gestion m’ont aussi aidé à déchiffrer les bilans. Une fois de plus votre réseau est là pour vous aider, profitez-en !

« Il est difficile de mettre un prix sur son bébé »

Une fois l’analyse effectué, il faut se mettre d’accord sur un prix avec le cédant. Que vous pensiez racheter les parts de l’entreprise ou son fonds de commerce, vous devrez déterminer la valeur de l’entreprise.

Vous devez mettre un prix réaliste qui tient compte du passé et des développements futurs de l’entreprise. Le vendeur, lui, voudra valoriser ce qu’il a créé au fil des ans.

Lors du rachat, la cédante me disait toujours que le plus dur c’est de “mettre un prix sur son bébé”. Vous ne devrez donc pas sous-estimer l’importance psychologique du prix pour le cédant.

Faites-vous assister d’un spécialiste car cette étape est loin d’être simple. Pour me faire challenger, j’ai pu compter sur mon futur comptable et sur les collaborateurs d’Impulse Brussels. Des personnes extérieures au dossier sont une aide précieuse pour vous aider à penser à des alternatives, poser des questions parfois dérangeantes.

Finalement, une reprise, c’est aussi une aventure d’équipe, compter sur votre famille, vos amis, votre réseau pour vous supporter, vous conseiller, vous challenger… qui sait l’un d’eux pourrait aussi être tenter par l’aventure .

the-best-way-to-predict-the-future-is-to-create-it-peter-drucker-concreato